dimanche 25 décembre 2016

Triste rencontre.

Je suis presque affirmatif, d'avoir rencontrer par hasard Anis Amri, lors de son départ de la région de Lemsa en tant que Harrague. Il était en train de faire du stop vers Zarzis pour faire un tour et je l'avais trouvé juste prés de l'enseigne signalant la direction. Mais quand je lui avais dit que c'est assez loin, il me raccompagna vers la falaise prés de la citerne, pour continuer à pieds jusqu'au compement improvisée par les passeurs vers l'Europe. Il avait les dix neuf ans, assez intoverti, comme s'il portait un grand fardeau dans son intérieur. Il avait des problémes avec les organisateurs et d'aprés lui, il était en grande dispute avec les maitres mais il n'avait pas le choix. Comme je l'incitais à laisser tomber et rentrer chez lui comme il l'avait prétendu à Tataouine, il refusa et s'était encore renfermé tacitement comme quelqu'un qui subit un sort. Il n'avait pas de signe de radicalité ni d'éxtémisme quelconque sa transformation catastrophique se serait passé lors de son passage dans les prisons et son récrutement dans le monde carcéral par des codétenus. Je ne pouvais m'approcher du campement de Lemsa à cause du danger certain pour ma personne et ma voiture et le laissa tout en lui offrant avec regret tout ce que j'avais en buiscuits. Pas fier du tout de cette rencontre, surtout aprés ce qu'il avait fait...mais comme toujours, on ne pouvait rien faire...contre les germes de drames humains.

1 commentaire:

  1. Juste un témoignage, comme tant d'autres, durant mon parcours écologique...

    RépondreSupprimer